choc


choc

choc [ ʃɔk ] n. m.
• 1521; de choquer
1Entrée en contact de deux corps qui se rencontrent violemment; ébranlement qui en résulte. collision, coup, heurt, percussion. Choc brusque, violent. Le choc d'une chose sur, contre une autre; le choc entre deux choses, de deux choses. Le choc du marteau sur l'enclume. martèlement. Le choc des gouttes de pluie contre la vitre. battement. Le choc des verres, des épées. cliquetis. Choc de (entre) navires ( abordage) , de voitures ( accrochage, carambolage, collision) , de deux trains ( tamponnement, télescopage) . accident. « les chocs rythmés, et de plus en plus durs et violents, de cette mer démontée contre la coque » (Valéry). Dispositif destiné à garantir des chocs, à les amortir. antichoc; amortisseur, borne, butée, butoir, pare-chocs, tampon. Impulsion communiquée par un choc. Rendre un son sous le choc ( claquer, résonner) . Choc terrible, sanglant, meurtrier. Meurtrissures, contusions, blessures; commotion à la suite d'un choc.
Phys. Collision entre solides avec échange d'énergie cinétique et de quantité de mouvement. Choc élastique, dans lequel l'énergie cinétique est conservée. Choc inélastique, avec perte d'énergie par déformation, échauffement. Choc entre particules. collision. Onde de choc.
2Rencontre violente (d'hommes...). Le choc de deux armées ennemies ( bataille, combat, lutte) . Résister au choc. Succomber, plier sous le choc. DE CHOC. Troupes, unités de choc, qui sont toujours en première ligne. ⇒ commando. (Dans un combat idéologique, intellectuel ou social) Patron de choc. Un nationalisme de choc.
3Fig. Le choc des opinions, des caractères, des cultures, des intérêts. conflit, opposition, 1. rencontre.
4Émotion brutale. coup, ébranlement, traumatisme. Cela m'a fait un choc. « quand un sens reçoit un choc qui l'émeut trop fortement » (Maupassant). Appos. Qui provoque un choc psychologique. Des prix-chocs. Photo-choc. Adj. « Les photos destinées à l'affichage urbain sont volontairement les plus chocs » (Le Nouvel Observateur, 1993).
5Spécialt (1865; angl. shock) Choc opératoire, traumatique, anesthésique. commotion. État de choc. Choc thermique : élévation brutale de la température du corps. (1985) Choc toxique.
Polit., écon. « Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 » (Libération, 1983).
6(1845) CHOC EN RETOUR : phénomène provoqué par la foudre à un endroit éloigné de celui où elle est tombée. — Par ext. Contrecoup d'un choc, d'un événement sur la personne qui l'a provoqué ou sur le point d'où il est parti. contrechoc, effet, retour, ricochet (cf. Retour de flamme, de manivelle; de bâton).

choc nom masculin (de choquer) Rencontre plus ou moins violente et brusque de deux ou plusieurs corps : Le bruit du choc du marteau sur l'enclume. Émotion violente et soudaine, coup soudain qui frappe quelqu'un dans sa sensibilité, son psychisme, etc. : Recevoir un choc devant une œuvre d'art. Conflit, opposition entre plusieurs choses abstraites : Du choc des opinions peut jaillir la lumière. En apposition, avec ou sans trait d'union, indique que quelque chose vise à provoquer la surprise, l'intérêt, l'émotion, produit un vif effet, est d'une grande portée : Prix-chocs. Des mesures chocs. Militaire Abordage de l'ennemi jusqu'au corps à corps. Pathologie Syndrome clinique traduisant une insuffisance circulatoire aiguë d'origines diverses (opération, accident, etc.), et se caractérisant par un état d'agitation ou de torpeur avec refroidissement des extrémités, marbrures cutanées, pouls rapide et filant, oligurie et chute de la pression artérielle. (Il s'agit d'un état aigu impliquant obligatoirement un traitement d'extrême urgence par des équipes médicales spécialisées.) [On dit aussi état de choc.]. Physique Synonyme de collision. Polymères S'emploie en apposition pour désigner des matières plastiques aptes à résister aux chocs. Psychologie Attitude momentanée de stupeur d'un sujet au cours de la passation d'un test projectif et qui se manifeste par sa difficulté à répondre à la consigne proposée par le psychologue. (Le choc est généralement interprété comme le signe d'une fragilité face à un conflit évoqué par le matériel du test et que le sujet ne peut pas surmonter.) ● choc (difficultés) nom masculin (de choquer) Prononciation Le c final se prononce (contrairement à celui de broc, accroc). Orthographe L'emploi comme épithète, immédiatement après le nom, est aujourd'hui fréquent. Le mot demeure invariable en genre, mais l'usage n'est pas encore fixé quant à l'accord en nombre et à l'emploi du trait d'union. On trouve des prix choc et des prix-choc aussi bien que des prix-chocs. ● choc (expressions) nom masculin (de choquer) Choc en retour, conséquence d'un acte qui atteint de façon inattendue l'auteur de cet acte ; retombées d'un événement ; contrecoup. Choc pétrolier, forte élévation des prix du pétrole considérée du point de vue de sa répercussion sur les économies. De choc, se dit de troupes, de militants spécialement entraînés au combat offensif, de personnes extrêmement dynamiques qui ne craignent pas d'affronter les difficultés ; se dit d'une doctrine présentée avec dynamisme ou d'un système, d'une action choisis pour leur grande efficacité. Familier. Tenir le choc, résister efficacement, tenir le coup. Choc à l'ouverture, brusque ralentissement produit par l'ouverture d'un parachute. Organe de choc, organe disposé à chaque extrémité des véhicules, chargé de recevoir et d'amortir les chocs et de maintenir le contact pendant la marche. (L'ensemble des organes de choc se nomme tamponnement.) Essai de choc, essai utilisé pour étudier la résilience d'un matériau. Choc anaphylactique, manifestation la plus sévère de l'allergie aiguë entraînant une grave défaillance circulatoire. Choc cardiogénique, insuffisance circulatoire aiguë consécutive à une défaillance fonctionnelle de la pompe cardiaque. Choc infectieux ou septique, installation brutale d'un état d'insuffisance circulatoire aiguë en rapport avec une infection bactérienne. (Il s'observe surtout au cours des septicémies à bacilles Gram négatif.) Choc obstétrical, insuffisance circulatoire aiguë survenant chez une femme enceinte ou en cours d'accouchement. Thérapeutiques de choc, ensemble des moyens utilisés en psychiatrie pour provoquer une crise censée rétablir l'équilibre chez certains malades mentaux. (Ce n'est qu'au début du XXe s. que se développa l'usage de perturbations organiques soudaines : malariathérapie [1917], comas hypoglycémiques provoqués par l'injection intraveineuse d'insuline, électrochocs.) Choc thermique, phénomène qui affecte les matériaux lorsqu'ils reçoivent une grande quantité d'énergie thermique en un temps très court. ● choc (synonymes) nom masculin (de choquer) Rencontre plus ou moins violente et brusque de deux ou...
Synonymes :
Émotion violente et soudaine, coup soudain qui frappe quelqu'un dans...
Synonymes :
- à-coup
- ébranlement
Conflit, opposition entre plusieurs choses abstraites
Synonymes :
Militaire. Abordage de l'ennemi jusqu'au corps à corps.
Synonymes :
- mêlée
Synonymes :
- Physique. collision

choc
n. m. et adj.
rI./r n. m.
d1./d Heurt d'un corps contre un autre. Tomber sous la violence d'un choc.
d2./d MILIT Rencontre et combat de deux troupes armées.
|| Troupes de choc, spécialisées dans les coups de main et les combats en première ligne.
Fig. Un médecin, un curé de choc, qui n'hésite pas à affronter les situations difficiles.
d3./d Fig. Conflit, opposition. Le choc des opinions, des générations.
d4./d MED Diminution importante et brutale du débit circulatoire, provoquant une hypotension et des troubles de la conscience, qui peut être due à une agression extérieure (choc infectieux, choc opératoire, choc des brûlés) ou à une défaillance interne (origine cardiaque ou hémorragique). Le choc, dont l'évolution spontanée est mortelle, requiert un traitement immédiat.
|| Fig. Traitement de choc: mesure drastique.
d5./d émotion violente, perturbation causée par un événement brutal.
d6./d METEO Choc en retour: effet indirect de la chute de tension qui suit l'éclair; fig. contrecoup d'un événement réagissant sur sa propre cause.
rII./r adj. Qui surprend, étonne. Des prix choc(s).

CHOC, subst. masc.
Affrontement plus ou moins violent de personnes ou de choses, l'accent étant mis sur la phase terminale de l'action.
A.— Heurt plus ou moins violent et brutal de deux ou plusieurs corps animés ou inanimés; secousse, coup qui en résulte. Tout d'un coup, un choc d'une incomparable violence les arracha de leur glissant véhicule (VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 1, 1868, p. 119). L'horloge suspendue sur le comptoir sonna minuit. Son timbre enroué ressemblait à un choc de casseroles (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, L'Ivrogne, 1884, p. 932) :
1. ... Fuseline sembla se décocher de sa branche comme une flèche de haine et fonça sur le rapace. L'élan fut irrésistible; l'oiseau de proie reçut le choc en plein poitrail et chancela; ...
PERGAUD, De Goupil à Margot, 1910, p. 114.
SYNT. a) Choc brutal, effroyable, épouvantable, formidable, rude, terrible, violent. b) Choc de l'abeille contre une vitre, choc du marteau sur l'enclume, choc de la vaisselle sur l'évier, choc des verres. c) Crouler, s'effondrer, tomber sous le choc; amortir, esquiver un choc.
En partic. [En parlant des éléments naturels, vent, eau, nuages, foudre, etc.] L'orage alors redouble : au fracas du tonnerre, au choc des éléments, tremble et s'ouvre la terre (BAOUR-LORMIAN, Veillées, 1827, p. 313). Du choc des nuages résulte l'électricité, de l'électricité l'éclair, de l'éclair la lumière (A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 200).
Choc en retour. ,,Phénomène électrique qui consiste en ce qu'un homme ou un animal, placé sous un nuage orageux, peut être frappé de la foudre au moment où elle éclate à une assez grande distance de lui`` (CHAUD. 1970).
Au fig. Contrecoup d'un fait sur une personne ou sur un autre fait. Les tricheries en elles-mêmes constituent un invraisemblable cas d'escroqueries, de concessions, et, par choc en retour, de chantages fructueux (L. DAUDET, La Police politique, 1934, p. 130) :
2. ... il y a des formes de naturel qui me sont insupportables, que j'accepte une fois pour toutes par une sorte de coup d'état intérieur, mais dont le fait même de les avoir acceptées doit sans doute par choc en retour me priver en partie de mon naturel à moi, ...
DU BOS, Journal, 1927, p. 267.
De choc. Appareil de choc. Appareil destiné à amortir les chocs :
3. On rencontre donc, sur chacune des deux traverses extrêmes du châssis : — un appareil de traction, — un appareil de choc.
M. BAILLEUL, Notions de matériel roulant des ch. de fer, 1951, p. 20.
P. métaph. Tampon de choc :
4. Je n'avais découvert qu'une alternative : (...) m'interposer comme tampon de choc entre les hommes et le commandant.
VERCEL, Capitaine Conan, 1934, p. 92.
B.— Domaine milit., de l'action.
1. Rencontre et combat violent de deux troupes adversaires armées. Choc armé; résister au choc, soutenir le choc :
5. Dès le premier choc avec les troupes régulières, l'armée levée par les Parisiens subit un échec devant Charenton.
BAINVILLE, Histoire de France, t. 1, 1924, p. 219.
Loc. fig. et fam. Supporter, soutenir le choc. Faire face et résister à un événement imprévu :
6. Je t'ai écrit ce que j'avais à te dire. Je ne céderai pas à la force. (...). Il la regarda brusquement : elle soutint le choc sans ciller.
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire? 1934, p. 520.
7. ... en fait, ce furent les comités techniques qui supportèrent le choc et le poids du travail de la conférence.
La Charte des Nations Unies, 1946, p. 16.
2. P. ext.
a) [En parlant de pers. non armées ou d'animaux] Lutte qui oppose des adversaires :
8. [Le picador] abaissa la pointe de sa lance, se mit en arrêt, et soutint le choc du taureau si victorieusement, que la bête farouche chancela...
T. GAUTIER, Tra los montes, Voyage en Espagne, 1843, p. 79.
9. ... les plus petits [des enfants] avaient fini par grimper les uns sur les autres; ils couraient et culbutaient avant même d'avoir reçu le choc de l'adversaire...
ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 146.
b) Au fig. [En parlant de valeurs abstr.] Conflit plus ou moins violent. Le choc des intérêts, des idées (MICHELET, Le Peuple, 1846, p. 12) :
10. Plus d'une fois leur [M. de Couaën et le frère de Lucy] querelle à ce sujet fut près d'en venir au sang, et il avait fallu toute la fermeté d'affection de la douce Lucy, toute l'inépuisable effusion de la mère, pour amortir le choc de ces deux orgueils et faire triompher l'amour.
SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 76.
Spécialement
Choc des civilisations. ,,Conflit de civilisations extraordinairement violent, qui va jusqu'à désintégrer au premier contact, une grande part d'une ou de toutes les civilisations en présence...`` (WILLEMS 1970) :
11. Pour qui se sent solidaire du destin de ce monde, le choc des civilisations a quelque chose d'angoissant.
CAMUS, Le Mythe de Sisyphe, 1942, p. 118.
♦ ,,Choc culturel. Effet produit sur un individu pris au dépourvu lorsqu'il est plongé dans une culture étrangère`` (TOFFLER, Le Choc du futur, 1971, p. 24 ds ANCELIN 1971).
3. De choc. En vue de produire un choc.
a) [Choc armé] Arme, bataillon, équipage, groupe, troupe de choc. Armements ou soldats choisis spécialement pour l'attaque en première ligne :
12. Les Allemands, (...) avaient constitué une armée de choc décisif en triant, en écrémant toutes leurs armées.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 11, 1914-18, p. 395.
b) [Choc non armé contre des choses] Homme de choc, travailleur de choc (GILB. 1971). Personne dynamique, allant de l'avant et prompte à affronter et à surmonter les obstacles.
c) [En parlant d'institutions ou de forces abstr.] Lycée de choc (GILB. 1971). Lycée d'avant-garde. Enseignement de choc (GILB. 1971). Enseignement intensif et accéléré. Valeur, pouvoir, puissance de choc, c'est-à-dire [valeur, pouvoir, puissance] destinés à frapper l'imagination, l'attention, les sens :
13. « La beauté, écrivait Valéry, est une sorte de morte. La nouveauté, l'intensité, l'étrangeté, en un mot toutes les valeurs de choc l'ont supplantée. »
HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 52.
d) Lang. de la publicité commerciale. Vendeurs, prix, articles de choc. Qui, en raison de leur technique ou de leur intérêt, doivent facilement entraîner les achats des clients.
Rem. On rencontre, en outre, la construction en appos. prix-choc (GILB. 1971) « prix qui attire et frappe l'attention par son côté avantageux »; et p. anal. argument-choc, formule-choc (GILB. 1971) « argument, formule destinés à convaincre et à emporter une décision immédiate »; image-choc (GILB. 1971) « image qui frappe la vue »; mesure-choc (GILB. 1971) « mesure énergique et surprenante » :
14. Une abonnée, Mme C..., a fait ses courses à l'Euromarché d'Aulnay-sous-Bois : « ... Je prends un baril de lessive Xtra. Sur le couvercle, est annoncé en gros caractère : « Prix choc 21,50 F.»
Que choisir? 1975, n° 93, p. 36.
C.— Domaine de la vie psychique et de la thérapeutique. [En parlant de pers.]
1. [L'accent est mis sur le résultat pathologique d'une agression subie]
a) Émotion violente et inattendue pouvant provoquer de grandes perturbations physiques et psychiques chez l'individu. L'abbé annonça le malheur à sa mère. (...) Berthe Sennevilliers reçut le choc avec passivité (VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 40) :
15. « La sensibilité féminine (...) est en rapport étroit avec les organes mêmes de la femme, et un grand choc nerveux suffit à provoquer un déséquilibre dont le corps tout entier se ressent. »
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire? 1934, p. 499.
SYNT. Choc affectif, émotif, moral, nerveux; choc infantile; recevoir, subir un choc; le choc l'ébranla nerveusement.
b) Émotion intellectuelle frappant l'individu à la vue d'une œuvre artistique :
16. C'est devant les toiles de Rubens qu'un choc d'une émotion soudaine avait jailli en lui [Carrière] la résolution d'être peintre...
G. SÉAILLES, Eugène Carrière, 1911, p. 11.
c) État de choc ou p. ell., choc. État physiologique dépressif dans lequel se trouve l'organisme après une agression quelconque (opération, accident, anesthésie, etc.). Choc anaphylactique, anesthésique, obstétrical, opératoire, traumatique, vaccinal :
17. Pour atteindre le prodigieux essor qu'elle connaît de nos jours, la chirurgie a dû, peu à peu, surmonter les quatre obstacles auxquels elle se heurtait : la douleur, l'hémorragie, l'infection, le choc opératoire.
M. BARIÉTY, Ch. COURY, Hist. de la méd., 1963, p. 780.
2. [L'accent est mis sur le résultat visé par une intervention thérapeutique; de choc (supra B 3)].
Choc thérapeutique, thérapeutique de choc, méthode de choc. Méthode thérapeutique provoquant des chocs biologiques ou psychologiques, et utilisée dans certaines maladies infectieuses ou certaines affections psychiatriques. Choc chimique, électrique, électrochoc :
18. ... on ne peut attendre de bien des stock-vaccins qu'une simple action thérapeutique de choc...
Ce que la France a apporté à la méd. depuis le début du XXe s., 1946, p. 56.
Choc amphétaminique. ,,Technique utilisant l'injection intraveineuse d'amphétamine pour susciter une réaction d'excitation avec libération des sentiments sur une situation présente ou passée et permettre une analyse psychothérapique`` (MARCH. 1970).
Traitement de choc (fam.). Traitement très énergique.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. FÉR. 1768 : ,,On écrivait autrefois chocq.`` ,,Au pl., la graphie des composés hésite entre chocs et choc`` (GILB. 1971). Étymol. et Hist. 1. 1521 « rencontre de deux troupes armées, attaque » donner le choc (Archives du Nord, 3e s., VI, 71 ds IGLF); 2. a) 1549 soutenir le choc de quelqu'un (opinion, discussion) (EST.); b) 1690 « événement fâcheux qui frappe quelqu'un » (FUR.); 1740 spéc. « épreuve frappant la santé » (Ac.); c) 1892 choc nerveux (P. Regnard ds Compte rendu heb. des séances soc. biologie, 287 ds QUEM.); 1896 shock chirurgical (Van Engelen ds Ann. Soc. roy. sc. et nat. de Bruxelles, 5, 377, ibid.); 1897 shock abdominal opératoire (Guinaud et Tixier ds Ass. fr. pour l'av. des sc., 2, 765, ibid.); 3. av. 1570 « rencontre violente d'un corps avec un autre » (J. GRÉVIN, Les Esbahis, p. 144 ds IGLF). Déverbal de choquer; au sens 2 c, prob. infl. de l'angl. shock (cf. la forme shock en 1896-97), attesté dans le syntagme shock of the [surgical] operation en 1804 ds NED. Fréq. abs. littér. :2 808. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 465, b) 2 286; XXe s. : a) 2 396, b) 3 773. Bbg. GOHIN 1903, p. 342. — ROG. 1965, p. 110. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 460. — Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 72.

choc [ʃɔk] n. m.
ÉTYM. 1521; déverbal de choquer.
1 Entrée en contact de deux corps solides qui se rencontrent violemment; ébranlement qui en résulte. Collision, coup, heurt, percussion.REM. Le verbe correspondant est plutôt heurter que choquer. || Choc brusque, violent. || Le choc et le bruit d'une explosion. || Le choc de qqch., que produit qqch. en se déplaçant et en heurtant. || Le choc de qqch. sur, contre qqch. || Le choc du marteau sur l'enclume. Martèlement. || Le choc des gouttes de pluie contre la vitre. Battement. || Le choc des verres, des épées. Cliquetis. || Choc de navires ( Abordage), de voitures ( Carambolage, collision), de deux trains ( Tamponnement, télescopage). aussi Accident. || Choc d'une boule qui en touche deux d'un coup. Carambolage. || Choc des vagues qui brisent sur le rivage. Ressac. || Dispositif destiné à garantir des chocs, à les amortir, à les recevoir ( Amortisseur, borne, butée, butoir, pare-chocs, tampon; antichoc). || Mouvement communiqué par un choc. Impulsion. || Rendre un son sous le choc : résonner, claquer. || Produire un choc. || Renverser, culbuter qqch. au premier choc. || Vaciller, tituber, bondir sous le choc. || Souffrir d'un choc. || Choc terrible, sanglant, meurtrier. || Meurtrissures, contusions, blessures, lésions dues à un choc. || Commotion à la suite d'un choc. || Choc qui renverse, disperse, bosselle, déforme, aplatit, écrase, fêle, brise, fracasse, met en pièces, broie, réduit en morceaux (→ Acier, cit. 9). || Résister au choc.Sc. || Onde de choc.
1 Les vaisseaux anglais, beaucoup plus petits que ceux des Espagnols, ne devaient pas résister au choc de ces citadelles mouvantes (l'Invincible Armada).
Voltaire, Essai sur les mœurs, 166.
2 Toutes les glaises se durcissent au feu, et peuvent même y acquérir une si grande dureté qu'elles étincellent par le choc de l'acier.
Buffon, Hist. nat. des minéraux, t. I, in Littré.
3 Et Jacques (le mécanicien), d'une pâleur de mort, vit tout, comprit tout, le fardier en travers (de la voie), la machine lancée, l'épouvantable choc (…) tandis qu'il avait déjà dans les os la secousse de l'écrasement (…) Et la Lison (la locomotive), fumante, soufflante, dans ce rugissement aigu qui ne cessait pas, vint taper contre le fardier, du poids énorme des treize wagons qu'elle traînait.
Zola, la Bête humaine, X, p. 328-329.
4 Il y avait comme une sorte de flux et de reflux de sons (de la cloche); d'abord, le choc formidable du battant contre l'airain du vase, ensuite une sorte d'écrasement de sons qui se diffusaient (…)
Huysmans, Là-bas, XXII, p. 302.
Bruit, ébranlement résultant d'un choc. || On entendait des chocs sourds.
5 Le navire roule et geint affreusement. L'être à l'être se cramponne et on perçoit le battement d'angoisse d'un cœur unique, les coups sourds de la machine qui cogne et lutte contre la mer, les chocs rythmés, et de plus en plus durs et violents, de cette mer démontée contre la coque.
Valéry, Autres rhumbs, p. 24.
2 Rencontre violente (d'hommes). || Le choc de deux armées ennemies ( Bataille, combat, lutte). || Soutenir, supporter le choc de l'adversaire. || Tenir bon devant le choc. || Résister au choc. || Succomber, plier sous le choc.Vx. || Le choc d'une arme.
6 Mourir d'un coup de lance ou du choc d'une pique.
Mathurin Régnier, Satires, VI.
7 (…) des baïonnettes tordues par la violence du choc.
Ph.-P. Ségur, Hist. de Napoléon, VI, 8, in Littré.
8 La pâle mort mêlait les sombres bataillons.
D'un côté c'est l'Europe et de l'autre la France.
Choc sanglant ! (…)
Hugo, les Châtiments, V, XIII, II.
9 Ô France, tous les jours c'était quelque prodige,
Chocs, rencontres, combats (…)
On battait l'avant-garde, on culbutait le centre (…)
On allait ! en avant !
Hugo, les Châtiments, II, VII, I.
De choc. a Troupes, unités de choc : qui sont toujours en premières lignes. Commando. || Armes de choc.
9.1 (…) il préparait l'insurrection (…) ces quartiers atroces (…) — ceux où les troupes de choc étaient le plus nombreuses, — palpitaient du frémissement d'une multitude à l'affût.
Malraux, la Condition humaine, in Romans, Pl., p. 19 (1933).
b (Dans un combat idéologique, intellectuel ou social). || Patron de choc (ou de combat). || Un nationaliste de choc.
9.2 (…) quel évêque de choc nous rappellera que la France ne peut être à la fois consacrée à saint Michel et au Manitou esséfiot(1), que l'hérésie fondamentale est la démocratie (…)
Jacques Perret, Bâtons dans les roues, p. 267.
1. Cf. S. F. I. O.
9.3 Il s'agit, on le sait sans doute, d'un beau docker indolent et légèrement brute (Marlon Brando), dont la conscience s'éveille peu à peu grâce à l'Amour et à l'Église (donnée sous forme d'un curé de choc, de style spellmanien).
R. Barthes, Mythologies, p. 67.
3 (Abstrait). Rencontre violente, brutale. || Le choc des opinions, des caractères, des passions, des intérêts. Conflit, opposition, rencontre. || Un choc d'opinions. || Du choc des idées jaillit la lumière. || Sentir en soi le choc des pensées, des sentiments, les sentir affluer et remuer en soi.Émotion brutale. || Choc psychologique. Stress, traumatisme. || Éprouver un choc, une émotion inattendue. Émotion. || Cela m'a donné un choc. || Les chocs de l'existence. À-coup, cahot, revers, vicissitude. || Ce choc a ébranlé sa santé, sa raison.(Domaine social, collectif). || Le choc des cultures. || Le choc des langues (français et anglais) au Québec.
10 Tel on l'avait vu dans tous ses combats, résolu, paisible, occupé sans inquiétude de ce qu'il allait faire pour les soutenir, tel fut-il à ce dernier choc (l'article de la mort).
Bossuet, Oraison funèbre du prince de Condé.
11 Il (l'homme) tourne au moindre vent, il tombe au moindre choc,
Aujourd'hui dans un casque et demain dans un froc.
Boileau, Satires, VIII.
12 (…) et comme chacun songe à son intérêt, personne au bien commun, et que les intérêts particuliers sont toujours opposés entre eux, c'est un choc perpétuel de brigues et de cabales, un flux et un reflux de préjugés, d'opinions contraires, où les plus échauffés, animés par les autres, ne savent presque jamais de quoi il est question.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, II, XIV.
13 (…) ces chocs mystérieux que notre âme, dégagée en quelque sorte des liens terrestres et retirée dans ce qu'elle a de plus immatériel, reçoit sans presque en avoir la conscience (…)
E. Delacroix, Écrits, t. II, p. 82.
14 Il a été prouvé que, chez les natures très nerveuses et très surexcitées, quand un sens reçoit un choc qui l'émeut trop fortement, l'ébranlement de cette impression se communique, comme une onde, aux sens voisins qui le traduisent à leur manière.
Maupassant, la Vie errante, II, p. 21.
15 (Antoine) devinait le choc des pensées que cette lecture pouvait suggérer à Jacques (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 56.
16 À l'origine de tout amour, il y a un choc, provoqué soit par l'admiration, soit par quelque accident qui a révélé une entente ou fait naître un désir.
A. Maurois, Un art de vivre, II, 2.
→ aussi Amplitude, cit. 3; atténuer, cit. 5; brutalité, cit.7.
(Avec des connotations positives). Effet violent, efficace (propagande, publicité). aussi -choc. || « Le poids des mots, le choc des photos » (slogan publicitaire d'un hebdomadaire parisien).« Chic et choc » (autre slogan) : à la fois original, étonnant et distingué.
Crise économique, financière brutale. || Le choc pétrolier de 1973.
4 Spécialt. (1865; trad. angl. shock). || Choc opératoire, traumatique, anesthésique. Commotion. || État de choc. || Choc anaphylactique; choc amphétaminique. || Choc infectieux. || Choc thermique : brusque élévation de la température du corps.
tableau Lexique de la chirurgie.
5 (1842). || Choc en retour : ensemble des phénomènes parfois provoqués par la foudre à un endroit éloigné de celui où elle est tombée.Par ext. Contrecoup d'un choc, d'un événement sur la personne qui l'a provoqué ou sur le point d'où il est parti. Boomerang, retour (effet en retour), ricochet.
17 En Magie, tout acte connu, publié, est perdu. Quant au choc en retour, il faut également être avisé, si l'on veut, sans être tout d'abord atteint, refouler les sorts sur la personne qui les dépêche.
Huysmans, Là-bas, XX, p. 270.
18 La plupart des gens nouveaux que j'ai rencontrés m'ont écrit parce qu'ils aimaient mes livres : les relations qui se sont créées entre nous, c'est moi qui les ai provoquées par une sorte de choc en retour.
S. de Beauvoir, Tout compte fait, p. 45.
COMP. Antichoc, électrochoc, hydrochoc, pare-chocs, pneumo-choc.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • choc — choc …   Dictionnaire des rimes

  • choc — CHOC. s. m. Heurt d un corps contre un autre corps. Rude choc. Choc furieux. Choc de deux vaisseaux. [b]f♛/b] Il se dit aussi De la rencontre et du combat de deux troupes de gens de guerre. Le choc de deux escadrons, de deux armées. Les ennemis… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • choc — CHOC. s. m. Heurt d un corps solide contre un autre. Rude choc. choc furieux. choc de deux vaisseaux. soustenir le choc. il fut renversé au premier choc, du premier choc. le choc de deux escadrons, de deux armées. Il se dit aussi fig. pour… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • choć — I {{/stl 13}}{{stl 8}}spój. {{/stl 8}}{{stl 7}} wprowadza zdania podrzędne lub ich części wyrażające pewien kontrast, przeciwieństwo, nieskuteczność przeciwdziałania jakiemuś zdarzeniu, zapowiada wystąpienie pewnych treści mimo treści innych,… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • -choc — ❖ ♦ Élément final de noms composés, signifiant « qui provoque un choc psychologique (surprise, intérêt, émotion…) ». || Un discours choc. || Des prix choc. || Des mesures choc. || Une idée choc. REM. Les composés s écrivent avec ou sans trait d… …   Encyclopédie Universelle

  • choc — choc·o·laty; choc·taw; choc·o·hol·ic; choc·o·la·tier; choc·o·late; choc·a·hol·ic; …   English syllables

  • choc — Choc, Le choc des gens de guerre, Coitio militum, et congressio. Donner le choc, Coire et congredi. Soustenir le choc de quelqu un, Impetum alicuius excipere, Concursum omnium philosophorum sustinere. Il craind le choc, Hic pedem non confert,… …   Thresor de la langue françoyse

  • CHOC — may mean:* Canadian House of Commons * Children s Hospital of Orange County (CHOC), California, USA * Chapel Allerton Orthopaedic Centre (CHOC) at Chapel Allerton Hospital, Leeds, England * Chocolate agaree also*Choc (disambiguation) …   Wikipedia

  • Choc — may refer to: Chocolate Ramiro Choc Boxer Anthony Mundine See also CHOC (disambiguation) This disambiguation page lists articles associated with the same title. If an …   Wikipedia

  • choc — n. chocolate; a colloquial British abbreviation; as, a box ov chocs. [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English